Chemin de connaissance n°4 Janvier 2017

Obscurité et Lumière

En cette période de solstice d’hiver, l’obscurité arrive à son paroxysme
La lumière pointe, et de nouveau elle va gagner et reprendre sa croissance
Jours heureux de la renaissance de la clarté.

Une lumière renaît
Un sauveur naît tout est à venir,
tout est à nouveau.

L’Obscurité et la Lumière sont deux pôles d’une unité indissoluble.
Elles sont complémentaires, elles ne sont pas opposées,
l’une ne peut exister sans l’autre.
Il n’y a pas combat, il n’y a pas dualité.
ce sont deux énergies d’une même force.
L’une est la conscience de veille, celle qui agit… le jour
L’autre est celle qui permet de se ressourcer, de recevoir… la nuit

 Oui, c’est un couple, un couple moteur qui met en mouvement.
comme dans un mariage,
mariage a réaliser aussi à l’intérieur de soi,
le Soi qu’on cherche dans son monde intérieur.
Ce sont deux énergies complémentaires, féminine et masculine
C’est une alliance entre deux différences pour s’unifier.
dans chaque individu il y a déjà cette alliance
entre féminin-masculin,
réceptif-actif,
terre-ciel
les pieds sur terre, la tête au ciel
La diversité naît de l’unité
tout est alors UN

Se connecter à la Terre-Mère, et ses énergies telluriques,
puis au Père-Ciel et ses rayons lumineux
puis marier les deux
est un excellent exercice pour s’aligner, se centrer et connecter le Soi.

 Ce couple, alors forme une nouvelle et troisième énergie
fusion des deux autres
mariage fructueux et difficile d’échanges et de transformations
pour créer et vivre un nouveau chemin
une expérience évolutive à deux
pour s’unifier.
Oui ce n’est pas facile

 Bonne route, chacun sur son chemin.

Michel Moché

**

Chemin de connaissance n°3 décembre 2016
La Loi d’attraction-répulsion

C’est une Loi universelle, elle interagit à tous niveaux et sur tous les plans. Dans le
cosmos ( loi de la gravitation), dans le microcosme comme pour nous êtres humains.
Cette Loi est UNE, une unité aux deux pôles complémentaires. Elle n’est pas univoque,
là où il y a attraction, il y a répulsion.
Ce qui m’attire repousse ce qui ne me convient pas.
Ce que j’attire repousse d’autres
énergies, chacun vit ces moments quasiment à chaque instant.

Les choses, les êtres émettent des vibrations, il y a mariage ou rejet des vibrations. Nous
le savons à l’instant même de la première rencontre. J’aime ou je n’aime pas, sans trop savoir
pourquoi, cela peut re-venir de si loin.
Toutefois cette connaissance est essentielle pour ne pas
s’engager sur une route déviante.
Ce qui est difficile, c’est de l’accepter et de tenir compte de
ce premier sentiment.

Oui, c’est bien attraction-répulsion, une seule Loi aux effets complémentaires,
prenons conscience que lorsque l’on attire on repousse et vice-versa.
Ce n’est pas qu’un enjeu de pouvoir : « attracter » tout ce qui me convient, tout ce qui
va faire mon bonheur, tout ce qui accroît mon avoir. Si cela est une pratique égoïste, il y aura
la compensation de la répulsion.
La loi d’attraction facilite mon existence mais demande des actes en retour. Il y a
toujours à compenser, ce que je reçois, je le transforme et le transmets sous une toute autre
forme… Sinon cela m’encombre après un certain temps.
Il est bon de pratiquer « la loi d’aimantation », un aspect de la Loi, dans les petites
choses de la vie, faire que cela se passe le mieux. La confiance dans cette loi est l’énergie
initiale. C’est émettre des formes pensées positives non seulement à son profit mais pour celui
d’autrui. Il est juste de pratiquer cette loi avec et pour les autres,
c’est ce qui aide à notre
évolution.

Et il y a « l’attract » du Divin, ce qui nous met en chemin, oriente notre existence, nos
choix, nos pratiques. Attrait si fort qu’il nous différencie des choix de la plupart des autres,
sans pour autant nous en séparer.
C’est le complémentaire de l’attrait qui nous fait repousser
ce qui est par trop profane.

La loi d’attraction-répulsion est UNE
très puissante
présente, agissante, droite,
un outil entre nos mains.
Il ne tient qu’à nous le matin,
De nous brancher et d’attirer
Les bonnes vibrations spirituelles.
Michel Moché
Le Cœur des signes

********
Chemin de connaissance n°2 novembre 2016
Il est dit  » Seul l’instant présent existe »

Il est vrai que nous existons dans cet instant.
Un instant remplace le précédent, c’est
un flux continu.

Toutefois le bon sens nous montre bien que sans le passé il n’y aurait pas ce moment
présent. C’est la loi de cause à effet, nous sommes le résultat de nos choix et actes du
passé. Il en est de même pour le futur, qui n’existe pas,
mais qui sera le résultat du vécu de
ce moment présent.

La difficulté n’est pas de vivre l’instant présent, nous le vivons sans être vraiment
présent, c’est de vivre des instants présents en conscience, en étant disponible dans la
matière et dans l’Esprit. C’est se libérer des contraintes et entraves de la vie quotidienne, se
donner des moments de paix et de présence, même s’ils sont courts. « La Présence  » est un
NOM du Divin, une énergie Divine instantanée.
Il est dit également : « Ne vivez pas avec votre passé ».
Nous sommes toujours dans un instant, mais y sommes-nous en conscience ?
La plupart du temps nous sommes avec notre passé, nos malheurs, nos maladies, nos
« tyrans », nos déceptions, tout ce qui ne va pas. Nous vivons avec notre passé, et nous
faisons du mal à notre personnalité humaine, nous nous nuisons à nous-même. C’est avec
le passé que nous empoisonnons notre présent.
Nous sommes également avec nos erreurs, ne leur accordons pas une importance
démesurée. Elles sont là pour nous indiquer le bon chemin, non pour nous empêcher
d’avancer. Oui c’est pénible, mais tout cela peut être transformé.
La connaissance, en ce sens, est le « chemin de l’oubli ».
Nous prenons conscience que de nouveau le passé surgit, que les erreurs s’incrustent
dans notre présent.
Il est essentiel de se libérer de ce qui n’est plus du présent. Tout commence par la
prise de conscience de l’état de fait, reconnaître et accepter ce qui est, ne plus rabâcher ses
« malheurs » et ne plus commettre les mêmes erreurs. C’est l’intention de s’alléger, de se
trouver soi-même. c’est ce désir de se transformer qui est le moteur.
C’est voir le passé avec la conscience d’aujourd’hui. Tu te détaches, tu deviens le
témoin de ces histoires… Tu te pardonnes en t’ouvrant à l’énergie vivifiante.
Evitons que notre passé, nos erreurs redeviennent des causes qui,de nouveau,
créeront leurs effets nocifs.
C’est le point de départ de l’effacement, de l’oubli pour vivre et « naître à nouveau ».
Et là, il n’y a plus de compensation, l’ardoise est effacée.
Cet instant n’est pas un but en soi, IL EST.
Il est instantané, insaisissable,
une expérience essentielle,
un don.
Michel Moché
Le cœur des signes

**********
 » Le travail de la recherche vers la connaissance est perçu
inconsciemment comme une menace par l’instinct de conservation »
(Madame Kerkhove 1991)

Les difficultés et entraves du travail sur soi

Il est vrai que l’on constate cette difficulté à mettre en œuvre des transformations que
l’on sait nécessaires et bénéfiques. La prise de conscience de cette nécessité ne suffit pas,
on
voit bien que cela résiste…
Chaque essai de transformation, parce que l’on prend conscience que cela serait mieux
pour nous, trouve beaucoup de résistances. Se libérer d’une « mauvaise » habitude, d’un
conditionnement, d’erreurs de jugement de rigidités, de peurs, de la cuirasse qui nous enserre,
se heurte immanquablement à toute notre individualité. Le corps physique, les corps
émotionnel et mental se raidissent et se sentent en danger, ils se sentent menacés.
Chacun de
ces corps, dans son autonomie, veut perdurer dans son être,
ce qu’il est à ce moment,
ils craignent le changement.
C’est un instinct puissant, qui dans certains cas peut nous sauver de dangers immédiats,
auxquels on ne saurait répondre instantanément, c’est à ce moment l’instinct de survie…
Toutefois tout en nous veut conserver sa propre situation, c’est pourquoi il est si difficile de
changer, malgré notre ferme décision et volonté.
Il y a cette horreur du changement inscrit auplus profond de nous.
Cet équilibre instable, si difficilement établit nous sécurise tout de même
et l’instinct de conservation réagit à chaque appel et confrontation au changement.
Tout changement va demander du temps. La connaissance est à ce prix, prendre
conscience que les choses sont bien différentes de ce que je crois savoir,
cela nous demande
un effort pour nous transformer.
C’est la conscience, qui va peu à peu convaincre les divers corps
qu’ils ne sont pas en
danger et que le nouvel équilibre sera plus fonctionnel que l’ancien.
Rassurer le mental en dialoguant avec lui, et lui confirmer sa juste utilité et présence. De
même pour l’émotionnel que l’on essaie de ramener à une tranquillité pour qu’il soit paisible..
Enfin le corps physique a toujours besoin de temps pour que, jusqu’aux cellules, la
nouvelle information soit donnée et assimilée.
C’est seulement en prenant conscience et en réalisant ce travail d’échange intérieur pour
convaincre ses propres « autres moi » que cela va se faire et se fera dans le temps nécessaire.
Et un beau jour on s’aperçoit que ce changement là est assimilé, est passé, derrière soi…
« La conscience est une énergie de connaissance » :
C’est cette énergie qui nous met en mouvement. C’est le désir de connaître de savoir.
Une autre ouverture du champ de conscience nous fait prendre conscience qu’un nouveau
travail de transformation est à entreprendre. Le travail sur soi est sans limite, toujours quelque
chose à comprendre et à changer. La pratique de cette méthode est une aide certaine et ainsi
on apprécie enfin les changements, nous nous sentons allégés, purifiés, pour vivre au présent,
non plombé par son passé, libéré de nos entraves.
Michel Moché
Le Cœur des Signes
octobre 2016

*************

LA PAIX INTERIEURE

La Paix est une aspiration universelle, chaque humain espère
qu’elle va durablement s’installer, à sa porte, comme à l’autre bout de notre planète.
En ce moment de civilisation, tout est fait pour nous happer à l’extérieur de soi.
Au point que beaucoup ne savent plus qu’il existe un monde intérieur
et n’ont plus de vie intérieure
Notre réalité est dans ce monde intérieur et non à l’extérieur.
La connaissance est toujours en soi, elle n’est jamais une consommation.

Suivre un guide n’est pas aller au spectacle,
c’est mettre en pratique l’enseignement et la discipline.
Chercher la Paix à l’extérieur de soi est un leurre.

 La Paix intérieure est un long travail de nettoyage, de purification et de transformation.
Le son sacré « É », notre voyelle E est l’haleine, la Vie.
Souffler, expirer, en exhalant ce qui encombre,
amène un apaisement.
Cela aide à se libérer des peurs,
à calmer le mental, en le regardant,
à calmer l’émotionnel, en étant témoin de ses humeurs
et en conscience, remonter à l’origine des troubles.
L’émotionnel et le mental, ont tendance à s’agiter et à s’influencer l’un l’autre.
Ils ne sont pas toujours nos meilleurs amis.

 Être en paix avec soi-même, avec autrui et avec le monde,
implique d’accepter et d’accueillir la Loi régulatrice universelle, les lois de la Nature,
les lois de la Société dans laquelle on vit.
Ce constat est un point de départ pour pouvoir les modifier.
Être en paix est une certaine neutralité pleine d’empathie.
C’est être en juste harmonie entre des polarités complémentaires,
trop souvent vécus comme des opposées.
C’est une énergie qui repose et vivifie tous les organes.

La paix intérieure est une méditation :
trouver le silence intérieur
pour aller vers le Soi, l’Étincelle Divine à l’intérieur de soi
Étincelle Divine qui nous fait être en « semblance » du Divin.
Vivre « Je suis en paix » au tréfonds de soi,
comme un lac agité qui peu à peu se calme,
des vagues puis des rides, puis paisible comme un miroir.

 La poursuite du bonheur est une course sans fin, il est fugace
sitôt perdu, s’il est jamais rattrapé.
La paix intérieure est un état de conscience qui ouvre à toutes les joies, connaissances.
Elle nourrie et vivifie la vie intérieure.
La paix intérieure est une ouverture vers de nouvelles choses.
Elle appelle le nouveau, l’immédiat, la présence,
elle élimine les relents du passé.

La recherche n’est pas le bonheur
c’est la paix intérieure.

février 2018 –

En « bonus » voici un texte de l’Evangile essénien
qui nous parle de la paix

LA VISION D’ENOCH

La plus ancienne révélation

Sois en paix !
Dieu parle à l’homme :

Je te parle
Sois en paix
Sache
Que je suis Dieu

Je t’ai parlé
Quand tu es né
Je t’ai parlé
A ton premier regard
Je t’ai parlé
A ton premier mot
Je t’ai parlé
A ta première pensée
Je t’ai parlé
A ton premier amour
Je t’ai parlé
A ton premier chant

Je te parle
Par l’herbe des prés
Je te parle
Par les arbres des forets
Je te parle
Par les vallées et les collines
Je te parle
Par les montagnes sacrées
Je te parle
Par la pluie et la neige
Je te parle
Par les vagues de la mer
Je te parle
Par la rosée du matin
Je te parle
Par la paix du soir
Je te parle
Par la splendeur du soleil
Je te parle
Par les étoiles brillantes
Je te parle
Par l’orage et les nuages
Je te parle
Par le tonnerre et la foudre
Je te parle
Par le mystérieux arc-en-ciel

Je te parlerai
Quand tu seras seul
Je te parlerai
Par la sagesse des Anciens
Je te parlerai
A la fin des temps
Je te parlerai
Quand tu auras vu
mes anges
Je te parlerai
Tout au long de l’éternité

Je te parle
Sois en paix
Sache
Que je suis Dieu

 Je te parle
Sois en paix
Sache
Que je SUIS

PRÉSENTATION CONFÉRENCE

A la suite du décès subit et brutal de sa compagne, Michel Moché,
S’est trouvé ainsi que ses proches confrontés à toutes les questions cruciales
qui se posent dans un tel moment, et c’est son témoignage qu’il nous apporte :
la mort d’un proche nous recentre sur l’essentiel
Quel peut être notre comportement dans de telles situations ?

Comment ne pas être anéantis, écrasés  ?
Comment vivre la mort ?
Comment accompagner ?
Est-il bon de retenir la personne qui est morte ?
Faut-il la veiller ?
Est-il bon d’éloigner les enfants, les angoissés ?
Quelle cérémonie peut-on désirer ?
Est-ce l’adieu de celui qui part ?
Comment accepter l’aide d’autrui, des parents, des amis…?
Pouvons nous apporter une aide à la personne qui part ?
Pouvons nous apporter une aide à ceux qui restent ?
Comment parler d’Amour ?
Qu’est-ce que l’amour ?

Comment vivre et construire le deuil ?
Peut-on « récapituler » les signes pendant les jours, les semaines, les mois…
précédents le départ d’un être cher ?
Qu’est-ce que faire son deuil ?

Le Cœur des Signes Association loi 1901

**************************

ATELIER

ACCOMPAGNEMENT DE CEUX QUI PARTENT ET DE CEUX QUI RESTENT

Cet atelier suit la conférence-rencontre sur ce sujet
C’est un lieu de parole où autour de la mort d’un être proche
Chaque participant peut exprimer ses sentiments et expériences vécues.
C’est une table-ronde où chacun des participants peut témoigner de son expérience,
réfléchir et poser les questions qui lui semblent utiles à sa propre compréhension
de ce moment si important de la Vie qu’est la mort..

Le thème des échanges est :
L’accompagnement des personnes en fin de vie
Autour du départ soudain ou brutal d’un être cher
et de l’accompagnement du moment même de la mort :Puis autour du deuil,
la séparation et absence,
comment accepter le départ d’un être cher et construire son deuil ?
Et tout autre proposé par un des participants.

Cet atelier sera animé par Michel Moché
auteur du livre

 

 

lecoeurdessignes.fr - tous droits réservés - Mas de l'Aubret - 50 chemin de Cabassiels - 30170 Monoblet - Mentions légales